Témoignage sur le manque de civisme rue Georges Sand. Que fait le maire ?

Courrier d’un collectif d’habitants de la rue Georges Sand, à Saint-Nazaire, adressé au Rassemblement national (RN)


Nous habitons rue George Sand, une rue jusqu’en fin 2019 très calme et faisant preuve d’exemplarité en termes de civisme et de relations de voisinage. Mais voilà, sur le terrain de l’ancienne école, le bailleur social Silène a décidé de mettre trente-deux familles aux comportements lointains de cette exemplarité.

Environ un tiers seulement de ces trente-deux logements a été livrés, fin décembre, et cela a suffit pour changer définitivement la rue. Voici les incivilités constatées depuis cinq mois, correspondant à la mise en services des premiers logements sociaux.

Des cartons et sacs poubelles sont déposés à même la rue, quand nous, devons les amener en déchètterie de notre côté.

Nous constatons une utilisation du klaxon à outrance, pour avertir non pas d’un danger mais de son impatience quand nous, nous interdisons son utilisation en ville, puisque le Code de la route l’interdit. Nous constatons cette utilisation y compris le dimanche, tard dans la nuit, par un homme accompagnant une personne semblant être un imam, venant voir un autre habitant

Des coups de fil sont passés aux fenêtres à voix haute et en langue étrangère quand nous, nous isolons pour ne pas déranger ne serait-ce que notre famille.

Il y a une uutilisation systématique des places handicapés quand nous, devons changer de côté chaque quinzaine et surtout avons dans la famille un proche titulaire de la carte d’invalidité, qui s’était réjoui de ne plus avoir à faire plusieurs dizaines de mètres de marche.

De nombreux déplacements se sont tenus pendant le confinement, ainsi que des rassemblements pendant cette période où nous, redoublions de vigilance.

Par ailleurs, dans la nuit du 19 au 20 mai dernier, deux véhicules de type Audi A3 trois portes se sont arrêtés en plein milieu de la rue porte ouverte et musique à fond, pour qu’au moins cinq jeunes individus puissent s’exprimer comme s’ils étaient seuls au monde pendant plus d’une demie heure. De notre côté, nous étions à essayer de trouver le sommeil puisque nous travaillions le lendemain, vu que nous sommes la veille de la reprise de la semaine. Le sommeil de nos enfants a également été perturbé.

Ces mêmes voitures étaient de nouveau présentes dans la rue hier soir, toujours dans le même logement, comme si pour eux le lundi n’était pas synonyme de reprise du travail, même si, mis à part beaucoup de cris d’enfants et une musique suffisamment forte pour de ne pas montrer de respect envers le voisinage, il n’y a pas eu de débordements.

Mais voilà, ces visites trop régulières des gens des « quartiers sensibles », avec leur méthode si différentes nous inquiètent, d’autant que seulement un tiers des logements ont été livrés. Que deviendra ce quartier demain une fois les deux tiers restants livrés ?

L’organisme Silène n’informe-t-il pas ses usagers des bonnes manières, afin de ne pas perturber un quartier déjà largement échaudé par plus de deux années de travaux ?

L’organisme Silène ne peut-il, pas à défaut de choisir des usagers exemplaire à mettre dans ces quartiers si exemplaires en terme civisme, leur faire signer une charte en rapport avec ce civisme et l’âme d’un quartier à respecter en échange de grand logement neuf avec jardin et/ou grande terrasse ?

Que devons-nous faire pour mettre un point d’honneur afin de rectifier tout de suite le tir, et surtout empêcher une dégradation plus importante avec l’arrivée des autres usagers « grâcieusement logés » dans du neuf quand nous, devons acheter à prix d’or des largement ancien et désuet, en s’endettant sur vingt-cinq ans ?

Que nous reste t il à faire ? Faut-il vendre pour se loger ailleurs en espérant que la politique de gauche ne fasse pas la même chose ?

La situation devient réellement invivable, face à un tel manque de civisme. Et l’on se demande vraiment ce que fait le maire, qui prétend aujourd’hui à sa réélection.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *